Organicom

Responsable d’équipe : Laurent Morillon

Description de l’équipe

  • Intelligence collective
  • Dynamiques organisationnelles

Confrontées à une conjoncture de crise économique dans un univers globalisé, les organisations (marchandes ou non marchandes) cherchent à s’adapter au mieux par de multiples changements. Cette évolutions’accompagne parfois de tensions, voire de résistances de la part des acteurs concernés, tant individuels que collectifs. L’activité organisationnelle sous-jacente implique la mobilisation d’une pluralité de savoirs et d’acteurs, à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation, qui doivent se comprendre et interagir pour atteindre un objectif commun, tout en maîtrisant les risques associés. La coopération des acteurs se révèle d’autant plus cruciale que le nombre d’informations et de connaissances à mobiliser est élevé, les interdépendances cognitives fréquentes et la structuration de l’activité difficile à déterminer a priori. Dans un tel contexte, la dimension communicationnelle intervient en permanence dans un processus dont le résultat incertain est coproduit par des acteurs en interaction.

D’un point de vue théorique, cette recherche s’intéresse autant à l’action et à la cognition qu’à l’interaction et à la communication entre les acteurs. Elle analyse les discours formels et informels, évalue leurs effets, confronte les discours aux pratiques, cherche à mettre au jour, quantifier et qualifier les processus relationnels (sous leurs multiples formes) et met en évidence les éventuels paradoxes existants.. Elle étudie les pratiques des acteurs considérés non seulement sur le plan théorique mais à l’aune de leurs résultats. Les travaux menés dans l’équipe, qui portent sur des objets et des terrains de secteurs différents,  mobilisent plusieurs méthodologies d’étude (qualitatives et quantitatives.

Thématiques

Deux  thèmes consubstantiels sont abordés (« Intelligence collective dans les organisations » et « Processus communicationnels/dynamiques organisationnelles ») dans lesquels les membres de l’équipe sont amenés à s’investir selon leurs préférences. Ces travaux permettent, d’une part, de restituer la complexité des sociétés contemporaines et des organisations dans une perspective pluridisciplinaire, et d’autre part de prendre en compte les phénomènes de médiation et de représentations qui constituent le cœur des recherches menées au sein du LERASS. En outre, ces liens avec les questions de l’individu au travail, des transformations organisationnelles ou des processus décisionnels constituent la poursuite naturelle de travaux menés par chacun des chercheurs de l’équipe.

Intelligence collective dans les organisations

La première thématique porte sur l’ensemble des adaptations, coordinations et/ou négociations qui rendent possible l’action collective dans ce contexte incertain, en considérant notamment l’individu au travail. Notre réflexion concerne plus spécifiquement l’intelligence collective, qui revêt des modalités et des temporalités diverses, en s’intéressant davantage à la créativité organisationnelle et à la coopération entre les acteurs qu’à la dimension macro-économique de l’organisation. Sont ainsi étudiées la diversité des éléments qui contribuent à l’intelligence collective (les logiques sociétales, la culture et l’identité, les systèmes de gestion, la régulation des rapports sociaux et/ou les processus d’information et de communication), et les questions de la communication médiatisée (en interne et en externe) des organisations (marchandes et non marchandes) et les pratiques des acteurs concernés.

Processus communicationnels versus dynamiques organisationnelles

La deuxième thématique porte sur les processus communicationnels intervenant dans les organisations lors de changements, en prenant en compte la diversité des niveaux qui y contribuent de manière significative et la pluralité de leurs modalités et temporalités.

L’émergence de phénomènes de recomposition (voire décomposition) des organisations est étudiée, en prenant en compte l’analyse des interactions entre groupes professionnels qui doivent articuler leurs divers intérêts, assurer la gestion des risques et réguler l’action collective globale. Les travaux portent sur les dispositifs de prescription et d’encadrement mis en place par les organisations,  sur les transformations du travail et les modes de gestion des ressources humaines. Il s’agit de mieux comprendre l’évolution des compétences attendues dans le travail et le développement de l’évaluation, alors même que s’observent des phénomènes d’intériorisation généralisée. Cet axe permet ainsi d’analyser les représentations (notamment sociales) des divers acteurs/agents en présence.

Liste des membres

Professeur.e.s

Maîtres/Maîtresses de conférences Habilité.e.s à diriger des Recherches

Maîtres/Maîtresses de conférences

Docteur.e.s

Doctorant.e.s

Associé.e.s