ERPURS

Équipe de recherche sur les Politiques Urbaines Soutenables

Responsables d’équipe : Marc Mequignon , Isabelle Bouchardy

Thématiques :

  • modèle urbain
  • innovation et organisation de l’habitat soutenable
  • Acceptabilité
  • Eco-citoyenneté

Les références fréquentes au concept de développement durable appliqué à la ville et aux problèmes de l’urbanité, place la problématique de l’équipe ERPURS au cœur d’un travail de recherche déjà engagé. L’importance de l’actualité dans ce domaine ainsi que l’urgence des impératifs conduisent à la nécessité d’une approche transversale de la problématique du développement durable. L’activité proposée s’articule, en l’état actuel des choses, autour de quatre sous-thèmes, chacun devant donner lieu, dans les meilleurs délais, à l’organisation de journées de recherche spécifiques. Nos propositions sont donc les suivantes :

Thème 1 : Archéologie – Architecture et développement durable.

Cette proposition vise à mener une réflexion sur un thème particulier qui associe la notion de patrimoine (archéologie) au changement technique et au développement durable ; en d’autres termes, comment se réapproprier et adapter l’histoire du bâti dans un contexte soumis aux contraintes du développement durable. Cette thématique sera abordée à partir de la rencontre de deux problématiques distinctes : une approche par le patrimoine et la contrainte du développement durable, l’ensemble trouvant un terrain d’expression dans l’architecture et l’urbanité. Cette réflexion se place au carrefour d’une rencontre entre un travail archéologique et les conditions d’adaptation des techniques anciennes. La problématique vise donc à intégrer plusieurs aspects : la réaction (et/ou adaptation ou pas) au changement technique, la problématique du patrimoine, de son statut, de son importance et de son rôle sociétal et enfin, les contraintes du développement durable.

Thème 2 : Réhabilitation des centres urbains et développement durable.

La problématique de cet axe vise à assurer la préservation du patrimoine ancien dans le cadre des principes du développement durable. La question qui est posée ici renvoie donc aux conditions de conservation du bâti ancien qui par ailleurs doit intégrer et respecter les normes du développement durable. Ainsi, l’objectif souhaitable, au travers notamment des différentes techniques possibles, vise à la fois à valoriser les savoir-faire des différents acteurs (artisans, architecte, mais aussi Collectivités Territoriales, Universités, etc.) et à dégager les éléments essentiels qui rendent possible de telles réhabilitations.

Thème 3 : Acceptabilité du développement durable.

La problématique proposée dans ce thème renvoie à la façon dont les contraintes qu’imposent les normes du développement durable sont reçue en aval par les « citoyens-consommateurs ». Il s’agit donc, d’une part, de questionner les représentations qu’ils s’en font, d’autre part, d’analyser les pratiques qu’ils sont susceptibles de développer et de mettre en place, et enfin, de suivre les différentes trajectoires observées dans la mise en place de ces pratiques, notamment par les usagers de la ville confrontés à la nécessité de ces contraintes.

Cette réflexion constitue le moyen d’interroger le processus de connaissances et de prise en compte des pratiques existantes susceptibles de favoriser l’émergence de solutions originales pour le projet à développer dans le but d’une ville respectueuse de l’environnement.

Thème 4 : Technologies de l’information et développement durable

Ville durable saisie par la technologie, la ville intelligente propose de résoudre une série de problèmes liées à la gestion et au développement urbain (gestion des flux, des services, de l’espace) notamment par la constitution de vastes systèmes de connaissances reposant sur une intense collecte et analyse de données. Dans ce contexte, cette proposition vise à entamer une réflexion sur les effets et l’aptitude de ces dispositifs liés aux technologies de l’information et des communications à répondre aux objectifs de durabilité.  Il s’agira donc d’apprécier si le déploiement de ces technologies dans l’ensemble du tissu urbain est compatible avec les objectifs de sobriété énergétique et de préservation du milieu et d’essayer d’appréhender l’influence de ces dispositifs techniques sur les comportements. D’une part, en effet, la constitution d’un espace « cyber-physique » semble modifier le rapport des individus au milieu urbain. D’autre part, ces systèmes de connaissances représentent de nouvelles modalités de gouvernement des conduites, immanentes aux techniques d’exploitation des données.

Liste des membres :

Maîtres de conférences Habilités à diriger des Recherches

Maîtres de conférences

Doctorants

Docteurs

    Associés à ERPURS sur des projets de recherche