Laurent Thiong-Kay

Doctorant en quatrième année

Equipe : Mediapolis


Adresse :
IUT A Paul Sabatier
81 100 Castres

laurent.kay@gmail.com

Recherche

Titre : "La production médiatique de l'opposition au barrage de Sivens sur Internet : entre reconfigurations info-communicationnelles et repolitisation de l'enjeu local."

Sous la direction de Franck Bousquet et Nikos Smyrnaios.

Le présent travail de thèse s'intéresse aux potentialités d'Internet dans la formation et la publicité d'une mobilisation contre un projet de politique publique. Focalisée sur le terrain de la controverse du barrage de Sivens, cette enquête étudie les caractéristiques d'un réseau informel de militants et de journalistes qui ont oeuvré ensemble à la médiatisation de l'opposition par le biais des usages informationnels, communicationnels et participatifs des dispositifs socio-techniques d'Internet. Cette arène publique de producteurs médiatiques occupe une centralité dans la construction puis la publicisation des griefs de cette mobilisation. En d'autres termes, cette recherche vise donc à pénétrer l'opacité qui règne souvent, sur Internet, entre le registre de la communication militante et celui de l'information journalistique ''engagée''. Fondamentalement, elle interroge les mutations de la sphère médiatique.

Pour comprendre la complexité de ces phénomènes, l'adoption d'une double approche sociotechnique et socio-politique s'impose. Celle-ci vise à penser l'imbrication des dynamiques observées : si le haut degré de politisation du conflit et des acteurs étudiés explique les utilisations des dispositifs socio-techniques dans la construction de l'événement politique en ligne, le recours au levier numérique permet en retour de renforcer la circulation des imaginaires socio-politiques contestataires qui se déploient contre les termes de l'action publique locale.

À partir d'une enquête croisant la technique des entretiens semi-directifs avec différentes méthodes d'analyse qualitative des productions, cette recherche revient sur la dynamique de la controverse au fondement de l'arène étudiée. Elle se penche ensuite plus finement sur les reconfigurations médiatiques observées, témoignant de l’ambiguïté des tentatives d'autonomisation des nouveaux mouvements sociaux vis-a-vis du champ journalistique et du potentiel des technologies numériques dans l'organisation de l'action collective. Mais la naissance d'un mouvement de protestation caractérisé par l'originalité du répertoire d'action de la zone à défendre (ZAD) suscite l'intérêt des médias alternatifs apparaissant dans la continuité de la critique altermondialiste du fonctionnement des entreprises de presse. Partageant une partie des motifs de défiance des militants vis-a-vis du fonctionnement des médias dominants, les journalistes qui œuvrent au sein des pure-players d'information couvrent l'événement, en travaillant la nature des relations qui les lient a leurs sources, aussi bien online qu'offline. Un réseau de nature hybride se stabilise alors de part et d'autre d'Internet, conforté par la richesse des pratiques numériques des acteurs qui autorise le raffinement d'identités militantes et journalistiques se jouant des frontières de la communication et de l'information.

Cependant, la structuration d'une telle arène d'acteurs dépend de facteurs sociaux qui influencent en retour la critique politique qu'elle formalise. L'étude permet de comprendre que la construction de l'événement dépend de modalités précises, entre l'action de militants désireux de dépasser les clivages qui les séparent traditionnellement à gauche du spectre politique et celle de journalistes souhaitant affirmer une identité en rupture partielle avec l'injonction de la neutralité/objectivité professionnelle. La fabrique de l'événement débouche ainsi sur une lecture de la controverse contestant la légitimité et la pertinence des logiques d'aménagement du territoire. Elle valorise enfin une critique politique en actes étroitement dépendante des épisodes de la controverse. L'Internet-Sivens accouche ainsi d'une certaine repolitisation des enjeux de l'échelle locale.

Par conséquent, cette recherche utilise l'intérêt des Sciences de l'Information et de la Communication (SIC) pour les pratiques politico-médiatiques en ligne comme le moyen d'analyser la construction des problèmes publics.

Mots-clés : mobilisation, médias, réseaux socionumeriques, journalisme, militantisme, politisation.

Publications

Publication :

Souillard N., Sebbah B., Loubère L., Thiong-Kay L., Smyrnaios N., (2020, à paraître) "Les Gilets jaunes, étude d'un mouvement social au prisme de ses arènes médiatiques", Terminal "Les groupes minoritaires et / ou marginalisés à l'ère numérique : pratiques de mobilisation, changements sociopolitiques et transformations identitaires''.

Communications sans publication :

Thiong-Kay L.,« La mobilisation contre le barrage de Sivens sur Facebook : entre fabrique et intégration de collectifs aux répertoires d'actions hétérogènes" 12ème Conférence OURmedia, Université d'Anvers / Université Libre de Bruxelles, Bruxelles.

Thiong-Kay L., Étude qualitative des plateformes & mobilisations informationnelles : enjeux disciplinaires, potentiels méthodologiques, portée heuristique. Journée d'études Mobilisations et Réseaux Sociaux, Université de Pau, 2019.

G.Cabanac, L. Thiong-Kay, « Retour méthodologique et interprétatif sur le rapport du LERASS : ''Vrai débat » : Sortir du débat pour négocier'', séminaire de l'axe Médias et médiations socio-numériques, LERASS, Toulouse, 2019.

Thiong-Kay L., La plateformisation des pratiques journalistiques, entre adaptation, construction et résilience des identités professionnelles, Colloque international "Journalisme et plateformes", Toulouse, 2019.

Thiong-Kay L., When radical ecology meets citizen journalism. The controversy over the Sivens Dam on French pure player Mediapart. Conférence internationale " Media, Polis, Agora : Journalism and Communication in the digital era", Thessalonique, Grèce, 2018.

Thiong-Kay L., La publicisation de l'opposition au barrage de Sivens sous l'angle des univers militants : défier le politique pour le déstabiliser, déconstruire le politique pour le reconstruire. Journée d'étude LERASS / Médiapolis "Structurations, formes et enjeux des médiatisations du politique", Castres, 2018.

Thiong-Kay L., La mobilisation de Sivens : entre élargissement de la critique environnementale et mutations de l'ethos militant. Journée d'étude, CEMTI / EXPERICE "Penser les/pensées des mouvements sociaux", Paris, 2017.

Thiong-Kay L., Le web social, lieu de transformations du militantisme et de la couverture médiatique des conflits environnementaux : le cas de la controverse de Sivens, Journée Jeunes Chercheurs en SIC, GERIICO, Lille, 2017.

Thiong-Kay L., Les médias en ligne et les réseaux socionumériques dans l'écosystème des moyens de communication militants : continuités et potentialités. Le cas de la controverse de Sivens, Séminaire annuel de l'ADTSIC "Penser la généalogie des objets médiatiques", Toulouse, 2017.

Thiong-Kay L., Monographie d'une militante auto-média mobilisée dans la lutte contre les grands projets inutiles et imposés (GPII) : l'environnement comme lutte, l'environnement au cœur de la convergence des luttes. Journée d'étude, LERASS / MEDIAPOLIS « La médiatisation des rhétoriques environnementales », Castres, 2017.

Communication de vulgarisation :

Thiong-Kay L., Sivens médiatisé sur le web 2.0 : renforcement ou érosion du militantisme ? Réflexion et présentation des enjeux théoriques. Grande Conf' Comunitic, La Cantine Numérique, Toulouse, 2016.

Participation à la recherche collective du LERASS sur le mouvement des Gilets jaunes :

Interventions médiatiques :