Axe Santé

Les chercheurs du LERASS impliqués dans cet axe souhaitent travailler sur la « santé » entendue dans un sens extensif du terme. Elle peut en effet être appréhendée comme un contexte, un sujet, un objet, un secteur, une organisation, etc. Alors que différents contextes particulièrement mouvants l’influencent, une diversité de phénomènes peut être entrepris par les recherches en sciences humaines et sociales. Par exemple, les technologies de l’information et de la communication ont modifié les pratiques informationnelles des patients et des médecins ainsi que leurs interactions, les modes d’organisation et de communication dans les organisations de santé tels les hôpitaux (dossier patient, courriel, intranet…) ou encore la communication des personnes en situation de handicap par la médiation d’objets connectés. Dès lors, les prismes informationnels, communicationnels, langagiers, psycho-sociaux ou encore gestionnaires apportent des cadres de réflexions ainsi que des approches spécifiques qui permettent de questionner les enjeux, les logiques d’usage et les pratiques associées, les rôles et influences de dispositifs, la réception médiatique, les stratégies organisationnelles, la co-construction du sens en contexte, etc.

La quinzaine de chercheurs impliqués dans cet axe sont professeures des universités, maître de conférences, docteurs ou doctorants. Ils sont issus de trois universités : Paul Sabatier et Jean Jaurès sur Toulouse, Paul Valéry sur Montpellier. La diversité de leurs disciplines de rattachement (sciences de l’information et de la communication, sciences du langage, psycho-sociologie, sociologie, anthropologie, gestion) favorise l’interdisciplinarité. L’axe est animé par Céline Paganelli et Laurent Morillon (maîtres de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication )

Quatre principaux thèmes peuvent être distingués dans les travaux actuels :

  • Cancer : les séquelles des traitements, les pratiques info-communicationnelles des adolescents et des jeunes adultes atteints du cancer, les déterminants des comportements de dépistage du cancer …
  • Médiation, discours et recherche d’informations : les pratiques et usages de l’information de santé par les professionnels, la construction des problèmes de santé publique dans les médias, les recherches informationnelles en matière d’alimentation et de santé …
  • Accessibilité : l’expérience musicale sourde, la prise en mains par des séniors d’un habitat domotisé …
  • Organisations : la santé au travail et les congrès médicaux

Recherches en cours

  • Dépistage organisé du cancer du sein et médecins généralistes : de la nécessité de repenser le dispositif info-communicationnel

Ce projet est financé par l’Institut National du Cancer à hauteur de 30 000 euros pour un an. La prévention contre le cancer du sein se heurte à une stagnation des taux de dépistage organisé. Cette recherche interventionnelle est le résultat d’une collaboration, depuis 3 ans, entre des chercheurs en sciences de l’information et de la communication et la structure de gestion du dépistage organisé en Haute Garonne (DOC 31). Afin d’améliorer les taux de participation au dépistage cancer du sein, DOC 31 souhaite repenser une de ses missions principales qui consiste à former et informer les professionnels de la santé au dépistage des cancers. Elle expérimente depuis quelques mois un dispositif info-communicationnel à destination des médecins généralistes. Dans une perspective interprétativiste nous questionnons : 1- L’usage de l’information comme une activité humaine dans le cadre d’un contexte professionnel qui est celui des médecins généralistes, 2 – les potentiels changements des pratiques de communication : les comportements, attitudes et les représentations des médecins généralistes à l’égard du dépistage. Un questionnaire exploratoire, observation in situ et focus groupe sont les techniques de recueils de données que nous allons mobiliser. Les résultats attendus consistent à qualifier les changements des pratiques professionnelles et info-communicationnelles des médecins généralistes.

  • Une étude des interactions entre chercheurs et usagers précoces pour la conception participative d’objets connectés dans le domaine de la santé

Cette thèse est financée depuis 2018 par un contrat doctoral unique de l’université Paul Sabatier. Les projections de l’Insee voient la proportion des personnes de plus de 75 ans dans la population française doubler entre 2010 et 2060. Dans ce contexte, la question de l’habitat est centrale. Différentes technologies sont mobilisées pour permettre de réduire les déficiences et les situations d’inconfort, mais leur appropriation par les usagers potentiels peut être incertaine. La thèse initiée en sciences de l’information et de la communication se propose d’étudier la conception participative d’objets connectés dans le domaine de la santé. Elle se focalise plus particulièrement sur les interactions entre chercheurs d’une part et entre chercheurs et usagers « précoces » d’autre part. Ce sont les logiques d’action lors du processus d’innovation qui seront éclairées, mais également la complexité des interconnexions entre interactions, représentations et intercompréhension, dans un cadre spatio-temporel donné. Le terrain envisagé est une plateforme de type « Living Lab », dite la « Maison Intelligente » de Blagnac (Occitanie).

  • Musiques pour des personnes malentendantes

Les études menées portent sur les pratiques ordinaires d’écoute musicale des personnes sourdes et malentendantes. Parler de musique et de sourd.e.s, d’autant plus si on est entendant.e.s, semble vouloir encourager un retour à un rapport audio-phonatoire au monde, niant les revendications de la communauté sourde. En outre, la diversité des profils des personnes rencontrées complexifie la généralisation de l’analyse. Le risque est alors de construire un “cabinet de curiosités”, c’est-à-dire une déclinaison originale et étonnante de ce qui a été étudié par ailleurs. Les adaptations méthodologiques et les enjeux de l’entretien qualitatif mené dans le cadre d’une recherche collective sont questionnés.

  • Parolothèque

Par analogie aux tumorothèques, une parolothèque peut être une banque d’échantillons de parole enregistrés, obtenus à partir de bilans de trouble de la parole ou du langage ou à partir d’entretiens ou d’interviews de personnes concernées par les pathologies tumorales. Ces échantillons seront conservés dans un format numérique sur un serveur dédié au stockage d’enregistrements sonores et recensés dans une base de données enrichies d’informations permettant leur l’archivage puis leur exploitation sur requête. La contribution des chercheurs du LERASS réside dans l’élaboration de l’entretien avec les personnes atteintes d’un cancer, entretien qui sera enregistré et contribuera à alimenter la parolothèque.

  • Personnalisation de l’information sur les séquelles des traitements

Grâce au dispositif d’annonce – mesure 40 du plan Cancer 2003-2007 mis en place à la demande des patients lors des premiers Etats Généraux des malades atteints de cancer pour bénéficier de meilleures conditions d’annonce du diagnostic de leur maladie – la France, comme la majorité des pays occidentaux, passe progressivement d’un modèle paternaliste à un nouveau paradigme que l’on pourrait nommer « modèle délibératif ». La question qui se pose : jusqu’où doit-on aller dans l’information au patient sur les complications et la variabilité (dans le sens du pire) des séquelles possibles ? Le LERASS participe à l’élaboration d’un dispositif qui déboucherait sur les outils d’aide à l’adaptation de l’information au patient : jusqu’au faut-il aller intégrant les difficultés de compréhension du patient et en respectant l’équilibre entre le besoin de réalité et celui de laisser une perspective au patient ?

Publications en lien avec les travaux de l’axe (éditée ou à venir) :

Deux ouvrages collectifs (publié ou à venir) réunissent des contributions de collègues participant à l’axe santé. Ces contributions sont, au même titre que l’ensemble des chapitres des ouvrages, soumis à évaluation en double-aveugle.

Confiance et légitimité dans le champ de la santé sous la direction de Céline Paganelli, Série L’information dans la santé, coord. par Viviane Clavier et Céline Paganelli, 278 pages – Avril 2018.

Contributions de plusieurs collègues participant aux activités de l’axe Santé : Mylène Costes, Dorsaf Omrane, Pierre Mignot.

 Questionner les pratiques de recherche sur la santé en contexte numérique sous la direction de Laurent Morillon, Série L’information dans la santé, coord. par Viviane Clavier et Céline Paganelli (Publication à venir).