Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Séminaire axe Genre et médias

mai 20 à 13:00 | 17:00

13h à 14h : Actualités de l’axe

14h à 17h : Communications

Intervenantes :

  • Giuseppina SAPIO, MCF, Cemti, Paris 8 et Christina ODDONE, Ater, Dyname, Strasbourg : « Tous ‘pervers narcissiques’ ? La médiatisation en France des auteurs de violences faites aux femmes ».
  • Gloria CASAS VILLA (MCF en Sociologie, Certop, UT2J) : « Enjeux et luttes autour de la couerture médiatique des fiolences machistes et des féminicides en Espagne, de la loi-cadre à aujourd’hui »
  • Résumés des communications et présentation des intervenantes : 

    Giuseppina SAPIO et Cristina ODDONE:  Tous « pervers narcissiques » ? La médiatisation en France des auteurs de violences faites aux femmes 

    Dans une publication récente, Pauline Delage revient sur la catégorie de « pervers narcissique » en rappelant que, « être un pervers narcissique, c’est utiliser sa posture et son pouvoir pour rabaisser autrui, s’en nourrir, et finalement le détruire psychiquement. Ainsi, la notion peut parler à tout le monde ; et elle peut parler de tout le monde, hommes ou femmes » (Delage 2021). L’auteure identifie les caractéristiques des violences auxquelles renvoie la catégorie « pervers narcissique », en précisant qu’ellessont généralement d’ordre psychologique et que, contrairement aux « violences conjugales », elles seraient commises indistinctement par des hommes et des femmes. 

    En mettant en avant la dimension psychologique de ces violences en dépit d’une perspective de genre, cette catégorie apparait en contradiction avec les résultats des enquêtes nationales sur les violences conjugales (Enveff publié en 2000 et Virage en 2020), avec la littérature scientifique (Kelly 2019, Hearn 1998) et avec les définitions internationales à cet égard (Conseil de l’Europe 2011). 

    Il sera alors intéressant de mettre en perspective la figure médiatique du « pervers narcissique » avec celle des « auteurs de violences »(Oddone 2020a, 2020b) qui émerge des travaux en sociologie selon lesquels, dans la plupart des cas, il s’agirait d’hommes, adultes et hétérosexuels, toutes catégories socio-professionnelles confondues. 

    Notre travail consistera à interroger la catégorie « pervers narcissique » en tant que « formule » (Faye 1972, Krieg-Planque 2009, Sapio 2019) à partir d’un corpus hétérogène constitué d’émissions télévisées et d’articles de presse féminine couvrant une période allant de 2010 à 2020. Il s’agira de définir les contours d’une telle conception de la masculinité et d’interroger son potentiel performatif. Nous présenterons les résultats de l’analyse sémio-discursive des images et des textes du corpus qui incarnent médiatiquement le « pervers narcissique » : est-ce que cette figure est caractérisée du point de vue du genre ? S’agissant d’un pervers narcissique « homme », quels sont les traits dominants de cette figure masculine controversée ? Appartient-il à une catégorie socio-professionnelle particulière ? Quel est son âge, son orientation sexuelle, son statut ? Quelle est son appartenance sociale en termes de « race » ? Contre qui finalement les médias mettent-ils en garde les femmes ? 

    Références bibliographiques : 

    BROWN E., DEBAUCHE A., HAMEL C., MAZUY M., 2020. Violences et rapports de genre. Enquête sur les violences de genre. INED. 

    CONSEIL DE L’EUROPE (COE), 2011. Convention sur la lutte et la prévention de la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul). Strasbourg : Conseil de l’Europe. 

    DELAGE P., 2021. Perversion narcissique, genre et conjugalité, Zilsel, vol. 1, n° 8. 

    FAYE J.-P., 1972, Langages totalitaires : critique de la raison narrative, critique de l’économie narrative. Paris : Hermann. 

    HEARN J., 1998. The Violence of Men: How Men Talk about and How Agencies Respond to Men’s Violence to Women. London: Sage. 

    IDUP-INED, 2000. Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF). 

    KELLY L., 2019. Le continuum de la violence sexuelle, Cahiers du genre, vol. 66, n° 1. 

    KRIEG-PLANQUE A., (2009), La Notion de formule en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté. 

    ODDONE C. 2020a, Perpetrating violence in intimate relationships as a gendering practice: An ethnographic study on domestic violence perpetrators in France and Italy, Violence. An International Journal, Fondation Maison de Sciences de l’Homme, SAGE, pp. 242-264. 

    ODDONE C. 2020b, Uomini normali. Maschilità e violenza nell’intimità. Rosenberg & Sellier, Collection “Questioni di Genere”, Torino : Italy. 

    SAPIO G. 2019, L’amour qui hait. La formule « crime passionnel » dans la presse française contemporaine », Semen, n° 47. Lien : https://journals.openedition.org/semen/12324#quotation 

    Giuseppina Sapio est sémiologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris 8 et chercheuse au CEMTI. Depuis quelques années, elle travaille sur la médiatisation des violences faites aux femmes en France et en Italie. Elle est l’auteure de l’article « Victimes de violences conjugales face aux campagnes institutionnelles entre ventriloquie, injonctions et paradoxes » (Études de communication, n° 54) et de « L’amour qui hait. La formule « crime passionnel » dans la presse française contemporaine » (Semen, n° 47). Elle mène actuellement une recherche-action en collaboration avec la Fédération France Victimes sur l’usage de la web-app Mémo de Vie par des femmes victimes de violences conjugales. Cette recherche est lauréate de l’appel à projets 2020 du GIS Institut du Genre. 

    Frais : pas de déplacement pour Giuseppina car avance des frais de recherche qui auraient dû être pris en charge par GIS Institut du Genre

    Cristina Oddone est chercheure associée au Laboratoire Dyname UMR 7367 de l’Université de Strasbourg CNRS et ATER à la Faculté de Sciences Sociales. Elle a mené une enquête ethnographique sur un centre de prise en charge pour auteurs de violences conjugales en Italie dans le cadre de sa recherche doctorale (Université de Gênes, Italie) ; ensuite dans le cadre d’un post-doctorat IDEX elle a réalisé un terrain sur le programmes pour auteurs en France. Elle a également travaillé au sein de la Division « Violence contre les femmes » au Conseil de l’Europe sur l’application de la Convention d’Istanbul et plus spécifiquement sur l’application de l’Article 16 (mise en œuvre de programmes pour auteurs de violence). Elle est l’auteure de l’ouvrage Uomini normali. Maschilità e violenza nell’intimità.

     Frais :train ou avion depuis stsbg

      Gloria CASAS VILLA :  « Enjeux et luttes autour de la couverture médiatique des violences machistes et des féminicides en Espagne, de la loi-cadre à aujourd’hui »

    La couverture médiatique des violences faites aux femmes a énormément évolué en Espagne depuis la promulgation de la loi cadre contre la violence de genre en 2004. Grâce à la mise en place de nombreux codes déontologiques sur le traitement journalistique de ces violences, aujourd’hui la majeure partie des médias partent des concepts de la loi (violence de genre, violence machiste) et une grande partie du débat actuel porte justement sur le choix des termes utilisés. Désormais il est rarissime de lire dans les médias des appellations du type « crimes passionnels » ou de « drames familiaux » pour se référer aux féminicides. Les associations des femmes journalistes continuent à lutter pour que les médias ne se réfèrent pas aux féminicides comme des femmes mortes ou décédées à cause de la violence de genre mais comme des femmes assassinées ou tuées, mettant l’accent sur l’agresseur comme sujet actif. Cette communication portera sur les changements récents dans ce domaine, l’analyse de quelques cas emblématiques ainsi que sur les débats actuels au sein des mouvements féministes et parmi les spécialistes dans ce pays.

    Gloria Casas Villa est maîtresse de conférences en Sociologie à l’université Toulouse Jean-Jaurès et membre du Certop

Détails

Date :
mai 20
Heure :
13:00 | 17:00
Catégorie d’Évènement:

Organisateur

Fanny Mazzone

Lieu

UT2J – Bât Le Gai Savoir – Salle GA254